Taoscopie

Le texte intitulé Taoscopie est celui que vous trouverez sur ce site en lecture directe ou en téléchargement. Il est dans le domaine public, c’est à dire qu’il est libre de droits, vous pouvez l’utiliser comme bon vous semble sans autorisation préalable. Je l’ai nommé ainsi en référence à la célèbre émission de Jacques Chancel : Radioscopie.

Mon intention première était plutôt de partager des références et des explications illustrant les textes de Richard Wilhelm mais je me suis vite rendu compte qu’obtenir les droits pour le faire n’était pas facile. Par conséquent je me suis orienté vers l’écriture de mes propres commentaires, qui au départ n’étaient qu’une médiocre paraphrase de ceux de Richard Wilhelm à l’exception des quelques uns que j’avais compris différemment. Puis je les ai validés en consultant le Yi King (à l’aide de questions Yin sans verbe d’action messieurs Faure et Javary). Ensuite la vérification s’est transformée en questionnement direct et de fil en aiguille j’ai pu élaborer cette version simplifiée du texte.

Ses caractéristiques sont :

  • Simplification du texte

    Même si j’apprécie le lyrisme des commentaires originaux, il gêne souvent l’étude des situations, souvent à cause d’une dramatisation excessive, par exemple :

    Quelqu’un peut venir par derrière et te frapper. Quelle infortune !

    Avec un tel commentaire, dans la situation 62.3, on imagine facilement une personne malintentionnée qui s’apprête à nous planter son couteau dans le dos, alors qu’elle peut simplement illustrer le fait que vous avez oublié votre parapluie !

  • Abandonner le sexisme et l’élitisme

    Les commentaires du livre de Richard Wilhelm sont bourrés de considérations sexistes et élitistes. Cyrille Javary et Pierre Faure ont remis en question un bon nombre d’entre elles (j’ai notamment remarqué leur analyse de la situation 32.5), en ce qui me concerne j’ai simplement contourné le problème en les abandonnant.

  • Promouvoir la cohérence

    Le problème de la cohérence du texte vient de l’idée que si les commentaires sont corrects ils ne doivent pas se contredire. Par conséquent comment expliquer des formules mantiques telles que « Grande fortune » ou « Infortune » (MM. Javary et Faure préfèrent utiliser les termes « Ouverture » et « Fermeture » mais cela revient au même en fin de compte) quand en même temps deux situations nous avertissent des dangers de l’optimisme (16.1) et du pessimisme (58.5) ?

    Il y a également par exemple un problème dans le texte original au niveau de certaines situations telle 30.6 (« Tuer les chefs et faire prisonniers ceux qui les suivent »), texte qui ne sera évidemment pas interprété à la lettre par le lecteur moderne, ainsi un instituteur en face d’enfants rebelles se contentera d’exclure les meneurs et de punir les autres mais cette manière de faire est en opposition avec la situation 58.5 qui recommande de ne pas décomposer un groupe (influences désagrégeantes). Il a donc fallu réinterpréter 30.6 ou 58.5, et peut-être même les deux. Quant au sort des élèves qui dépassent les bornes il est évoqué à la situation 4.6.

  • Sujet impersonnel

    L’expérience du Yi King que j’ai acquise vient essentiellement de l’analyse de situations. Quand je regarde un film, lis un livre, écoute une chanson et parfois dans ma vie quotidienne j’interroge souvent le Yi King sur la signification de la situation qui se présente. Comme dans ce cas là les différents traits peuvent désigner des personnes et parfois des objets différents, ainsi l’utilisation d’un sujet impersonnel tel que « on » m’a semblé plus raisonnable.

Aller plus loin


Le Grand Commentaire